« Le WAC relèvera le défi la saison prochaine »

 Le président du WAC, Koné Abackar revient sur le bon  parcours de son équipe en Ligue1 au terme de l’exercice 2016-2017. Aussi, annonce-t-il une grande équipe des Guêpes de Williamsville pour la saison prochaine. « Les gens seront surpris de voir d’autres talents venant tout droit de notre centre de formation », rassure-t-il.

 Pour sa première participation en Ligue1, votre club a terminé 2e au terme de la saison. Peut-on savoir le secret de votre réussite?

Nous avons misé pour la stabilité au sein de l’encadrement technique. Hormis, l’entraîneur principal Aby Yao qui nous a rejoint en cours de route, tous les autres membres du staff sont avec nous depuis 6 ans. Aussi, avons-nous la chance d’avoir des joueurs qui évoluent ensemble depuis la D3.

Président, est-ce que vous vous attendiez à un tel résultat ?

En toute franchise, nous ne nous attendions pas à bouleverser la hiérarchie.  Cependant, nous étions sûrs d’une chose. C’est que nous allions nous maintenir. Mais l’appétit venant en mangeant, nous nous sommes dit qu’il était possible de faire mieux que le maintien.

A quel moment avez-vous nourri cette ambition ?

C’est lors de la seconde phase du championnat. Nous étions la seule équipe à avoir aligné 5 victoires de rang. A partir de là, nous avons commencé à rêver grand. Nous étions si proche du but. Malheureusement, le titre que nous visons nous a échappé.

Regrettez-vous d’avoir raté ce titre ?

Des regrets ? Pas forcément. Parce que notre objectif n’était pas le titre. Cela dit, il y a un peu de déception. D’autant plus qu’on avait les arguments pour aller chercher le titre. Cependant, il y a lieu d’être satisfait pour ce que nous avons réalisé. Cette qualification pour la prochaine Ligue des champions est historique pour notre jeune équipe.

Justement, comment comptez-vous préparer  cette autre paire de manche qui est la Ligue des champions ?

Nous sommes conscients de ce qui nous attend à cette compétition africaine de prestige. C’est pourquoi, nous sommes déjà à la tâche. Le staff technique supervise des joueurs venus de l’étranger. Aussi, sommes nous sur le point de conclure l’arrivée de joueurs ivoiriens que nous avons ciblés. Le WAC est donc au travail pour relever le défi.

Plusieurs joueurs clés de votre dispositif de jeu sont sur le départ. Pensez-vous les remplacer valablement pour la prochaine saison ?

A ce niveau je tiens à rassurer tout le monde. Au WAC, nous prenons toujours nos dispositions pour pallier le départ de nos joueurs. Il y a de la bonne graine dans l’antichambre. Les gens seront surpris de voir la saison prochaine d’autres talents venant tout droit de notre centre de formation.

Quels seront vos objectifs ?

Nous serons sur deux fronts la saison prochaine. C’est vrai que nous serons à notre première expérience en C1. Mais, sachez que nous aborderons cette compétition avec l’envie de nous qualifier pour les phases de poule. Sur le plan local, à défaut du titre, notre objectif sera de décrocher une place africaine.

Ces objectifs nécessitent beaucoup de moyens financiers. Etes vous prêts à ce niveau ?

C’est vrai qu’il faut avoir des moyens financiers conséquents. Mais, l’argent ne fait pas forcément tout. Il faut aussi des moyens humains. Et nous, cet aspect apparaît le plus important à nos yeux. Pour ce qui concerne l’aspect financier, nous irons chercher les moyens là où ils se trouvent.

A combien se chiffre le budget prévisionnel du WAC ?

Nous avons déjà une idée pour les deux compétitions auxquelles nous participerons.  Nous prévoyons entre 250 et 300 millions de francs Cfa. Avec cet argent, je suis convaincu que nous atteindrons nos objectifs.

Comment jugez-vous le niveau du championnat ?

A comparer à l’année dernière, il faut dire que cette Ligue1  2016-2017 était d’un bon niveau. Trois éléments expliquent cela. Il y a l’arrivée de la chaîne cryptée française, le retour  d’Aristide Bancé et le beau jeu proposé par mon équipe. Ces trois aspects ont contribué à élever le niveau du championnat.

Président, l’Asec mérite-elle son titre ?

Oui. C’est indiscutable quand on voit un peu ce qu’a réalisé cette équipe durant la saison. Elle a été en tête du championnat 21 fois sur 26 journées. L’Asec pour moi est à la fois un bon et beau champion.

Interview réalisée par Soumahoro