De passage à Abidjan où il a séjourné récemment,  Päl Berg, le Directeur Sportif du Wac dresse le bilan du travail effectué durant la pré-saison. Malgré le retard pris dans la préparation, il reste convaincu que le club du Williamsville aura son mot à dire lors de cet exercice. 

Que peut-on retenir de votre séjour auprès du Wac il y a quelques jours ?

J’ai commencé à travailler avec cette équipe depuis mars 2014 en tant que Directeur technique. Nous avons obtenu des résultats remarquables en l’espace de trois ans. C’est comme un conte de fée. Car pour  notre première année au sein de l’élite, nous avons terminé vice-champion. Il est donc important pour moi de revenir auprès du club afin de l’aider à maintenir le cap. C’est la principale raison qui m’a emmené à séjourner en terre ivoirienne.

Quel est le constat que vous faites après ces trois années de travail ?

Le constat est que le Wac est très différent des autres équipes. Nous avons notre philosophie de jeu. C’est ce que nous essayons d’améliorer. Il est important que nous nous entraînions durement pour rester fidèle à notre façon de jouer. Un jeu fait de courtes passes et de possession de balle. En tout cas nous croyons en la création d’un groupe solide avec une mentalité d’entraide et de solidarité sur le terrain. C’est seulement à ce prix que nous pourrons enchaîner de bons résultats.

Pensez-vous que cette équipe du Wac qui a terminé 2e l’an dernier aura des arguments à faire valoir au cours de cette nouvelle saison ?

Nous avons réalisé un véritable exploit en tenant tête à des équipes comme l’Asec, l’Africa et Tanda qui ont beaucoup plus d’expérience que nous. Et cette performance fait de nous désormais un adversaire à prendre au sérieux. Je constate que nos concurrents essayent de s’adapter à notre façon de jouer. Ce qui est très positif pour le football ivoirien. Cependant, la tâche s’annonce ardue pour notre jeune équipe. C’est sûr que la saison sera difficile pour nous.

Pourquoi ?

Notre pré-saison n’a pas été à 100%. Nous avons mis assez de temps à observer les joueurs à l’essai. Ce qui ne nous a pas permis de travailler comme nous le souhaitions. L’autre handicap, c’est qu’on n’a pas vite introduit la demande de licence de nos recrues pour diverses raisons. Nous aurons besoin donc d’avoir tout notre monde surtout au niveau de l’attaque pour espérer monter en puissance au fil des autres matches.

Il y a lieu donc d’espérer revoir une équipe du Wac conquérante cette saison ?

Pourquoi pas.  Mais comme je l’ai dit plus haut, il faut que nous ayons tout notre monde. Si c’est le cas, c’est sûr que nous aurons notre mot à dire.

Vous avez fait une part belle à l’Académie en faisant monter plusieurs joueurs en équipe pro. Peut-on en savoir les raisons ?

Notre objectif est de vendre des joueurs pour renflouer nos caisses. Vous conviendrez avec moi qu’on ne peut le faire qu’avec des jeunes talentueux. C’est la raison pour laquelle nous misons sur la jeunesse. D’ailleurs, comme l’an dernier, le Wac dont la moyenne d’âge tourne autour de 20 ans est encore la plus jeune équipe de cette Ligue1. Je suis sûr que cette politique sera un succès.

Quel est l’objectif du Wac cette saison en Ligue1 ?

Quand on vise haut, il faut avoir une attaque de feu. L’an dernier, nous avons inscrit 33 buts. Cette saison, nous visons 50 buts. Si nous arrivons à le faire, c’est sûr que nous terminerons parmi les trois premiers.

A quand votre retour à Abidjan ?

Je reviendrai à Abidjan à la fin du mois d’octobre pour aider l’équipe à progresser. A bientôt.

Interview réalisée par V.Soumahoro