Le WAC d’Abidjan a les yeux rivés vers Casablanca où se disputera les 16e de finale aller de la Ligue africaine des champions, le 7 mars prochain au stade Mohamed V. Un défi que Vigori Jean Jorès et ses coéquipiers sont déterminés à relever avant la manche retour prévu à Abidjan le 17 mars prochain.

Dans quel état d’esprit êtes-vous à quelques jours du match crucial contre le Wydad Athlétic club de Casablanca ?

Nous sommes concentrés sur notre sujet. L’ambiance au sein du groupe est très bonne et la préparation se passe dans de bonnes conditions. A vrai dire, nous tenons tous à passer ce cap afin de goûter aux délices des phases de poule de cette prestigieuse compétition.

N’est-ce pas prétentieux de votre part de viser grand face au champion en titre de la Ligue africaine des champions ?

Nous ne sommes pas à ce stade de la compétition par hasard. C’est parce qu’il y a eu un excellent travail à la base que nous nous retrouvons à ce niveau. Il n y a donc aucune prétention de notre part à viser haut même si l’adversaire a un nom ronflant sur le continent.

A vous suivre, on dirait que vous ne partez pas en victimes expiatoires au Maroc ?

Effectivement. Nous sommes animés par le même état d’esprit qui nous a permis de tenir en respect le Stade Malien sur sa pelouse à Bamako. Certes, notre club est novice dans cette Ligue1. Mais, sachez que nous vendrons chèrement notre peau. A défaut d’une victoire en terrain adverse, nous ferons tout pour ramener un nul.

La défaite contre l’Asec en Ligue1 n’a-t-elle pas entamé votre moral ?

Non. Chaque match à sa vérité. Au contraire, la défaite face à l’Asec nous incite à redoubler d’effort à l’entraînement. Croyez-moi, nous bossons sérieusement afin de relever le défi de Casablanca.

Interview réalisée par V.Soumahoro