A l’instar de ses coéquipiers, Yao Kouassi Attohoula savoure la qualification historique de son club face au Stade Malien. Un exploit que ses copains et lui veulent rééditer devant l’ogre marocain du Wydad Athletic club de Casablanca lors du prochain tour de la Ligue africaine des champions.

Comment avez-vous vécu votre qualification pour le prochain tour de la C1?

C’est comme dans un rêve. Il fallait vraiment oser pour faire tomber un grand club comme le Stade Malien. Nous y avons cru et le résultat est là. C’est une joie immense pour tout le groupe.

Pensiezvous avant cette manche retour prendre le dessus sur cette formation malienne?

En vérité oui. Parce que nous avons sérieusement préparé ce match retour. Il y a eu un gros travail de retour de Bamako. Félicitations à toute l’équipe pour ce gros sacrifice qui nous permet aujourd’hui de franchir une autre étape dans cette compétition.

Selon vous, qu’est ce qui fait la force du WAC?

Notre jeunesse et surtout notre rage de vaincre font de nous un groupe soudé. Et je ne vous cache pas qu’aujourd’hui, notre objectif est d’aller au bout de cette aventure.

La tâche s’annonce cependant difficile pour vous d’autant plus qu’en face de vous se dresse un autre gros morceau, le WAC de Casablanca, détenteur du trophée.

C’est vrai que nous n’avons pas ma faveur des pronostics. Parce que notre adversaire a beaucoup plus d’expérience que nous. Une chose est certaine, nous n’avons rien à perdre dans cette confrontation. La pression est plutôt sur les épaules de notre adversaire. Nous espérons aller prendre au moins un point là bas et faire le boulot à domicile.

Interview réalisée par V.Soumahoro