Comme on le dit dans notre jargon. « C’est l’arrivée qui compte ». Le Wac, bon dernier au classement de ce championnat après avoir concédé un autre revers face à l’Asi, samedi dernier à l’issue de la 7e journée de la Ligue1, veut faire sien cet adage ivoirien. Et pourquoi pas déjouer tous les pronostics pour retrouver son lustre d’antan. C’est possible. Oui, le club de Williamsville va mal en ce début de saison. En effet, en 7 matches, il affiche un bilan de 5 défaites et deux nuls. Des statistiques que personne n’aurait pu imaginer avant l’entame de cette compétition domestique. Le constat est cependant là sous nos yeux. Amer. Faut-il pour autant baisser les bras quand on sait que l’équipe regorge de talents en même de tenir tête à toutes les autres formations de cette Ligue1 ? La réponse est non. Et les dirigeants qui l’ont si bien compris entendent calmement réfléchir sur les voies et moyens pour redonner fière allure à leur équipe jadis craint par les autres clubs. Mais avant une question demeure. À savoir la capacité des cadres comme Éttien Kouakou, Zan Bi, les frères Nda et autres à tenir le coup. Sur la problématique, il faut reconnaître que ces garçons ont besoin de repos. Les ménager permettra aux recrues et autres joueurs venues de l’académie de se mettre en exergue. Le temps pour les anciens de récupérer de leur longue et penible saison 2017-2018. Le Wac a les moyens de se relancer dans ce championnat. Mais il faut prendre ce risque…

V. Soumahoro