Antoine Mahan (Le Sport)

Aussi bien que le représentant ivoirien, le club équato-guinéen a été aussi la révélation dans son championnat. C’est un adversaire qui n’a pas été repêché. Il faut donc le prendre au sérieux. Personnellement, je pense que le WAC qui a quatre gros matches de haut niveau dans les jambes a un beau coup à jouer dans cette compétition.  S’il négocie bien le match aller, c’est sûr qu’il franchira ce cap.

 

Olivier Asseman (Supersport)

Le WAC a beaucoup de chances de disputer pour la première fois de son histoire la phase de poule de cette C2. En effet, Après sa belle prestation face au WAC du Maroc, le jeune club de Willy a démontré qu’il avait du talent à revendre. En plus le représentant de la Guinée-équatoriale n’est pas un foudre de guerre. C’est un club qui s’est qualifié difficilement. Je pense que le WAC a une belle opportunité de rentrer dans l’histoire.

 

 

Patrick Guitey (Sportivoire)

C’est un saut dans l’inconnu même si on a une idée du football équato-guinéen. Adepte du beau jeu, cette équipe ne viendra pas en balade sur les bords de la lagune Ebrié. Pour ma part, ce sera du 50/50. Mais, je pense qu’avec les gros matches que le WAC a livrés, la qualification est à sa portée. Il faut bien préparer la manche aller à Abidjan.

 

 

Moïse Nguessan (L’Expression)

J’avoue que je ne connais pas très bien l’adversaire du WAC. Mais après les deux quatre prestations du club ivoirien en C1, je peux affirmer haut et fort qu’il a les moyens d’aller chercher une qualif pour la phase de poule de la Coupe de la Confédération. La jeunesse du groupe et son envie à se surpasser peuvent lui permettre de passer ce cap du tour de cadrage.